Loïs et Clark : Eternellement romantiques

Un forum consacré à la série Loïs et Clark, les nouvelles aventures de Superman
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Critiques en lignes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore
La Princesse
La Princesse
avatar

Féminin Nombre de messages : 1234
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon Superman... quelle question
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Critiques en lignes   Sam 19 Mai - 9:52

Psychanalyse de la série:

http://havelock.blog.lemonde.fr/2005/06/18/2005_06_lois_et_clark/

Lois et Clark

Essai sur l’intérêt de Loïs et Clark: L’oblitération de l’originalité par un orgueil intellectuel malvenu.
Notre étude portera sur les personnage de la série Loïs et Clark, ce qu’ils sont, ce qu’il représentent, la structure et les conclusion qu’ils permettent de dégager quant à l’illustre matière. Nous supposerons ici que la légèreté, l’humour et l’autoderision peuvent aussi servir de véhicules à un message donné.
Introduction: Si l’on y regarde à deux fois, toute la littérature depuis l’avènement du christianisme résume à quelques rares schémas dont les principaux sont: « A aime B mais C » ainsi que « Le méchant M convoite le monde et la destruction du bon B’ qui l’en empêchera finalement ». L’outil principal de la victoire de A,B et B’ est la bonté, même sous sa forme Amour, qui doit et va triompher de M et C, objectivement plus fort, plus intelligent ou plus puissant.
On note ici dans Loïs et Clark, un bon goût par l’innovation. A,B,B’,C et M sont par exemple remanier. Tant sur le plan de l’existence scenaristique ou existe à la foi A, B et B’ et juste A, B -Qu’en est-il de l’existence réelle de B’?-, que sur le plan intellectuel ou par exemple, la principal caractéristique de A ( En l’occurrence Loïs Lane) est non pas la bonté mais la bêtise. Idem pour M et C qui jouissent ici non seulement d’une multiplicité inhabituelle, mais aussi de nouveauté dans la conception.
Nous nous pencherons donc sur les différents personnages de cette série dans l’ordre suivant A, B/B’, C puis M pour tirer un schéma général du fonctionnement de Loïs et Clark. Nous aurons, durant cette études, souligné certains faits sur lesquels nous reviendrons dans une brève mais ,espérons-le, brillante conclusion.
Première partie A et B/B’
Nous tenterons de montrer ici que derrière une façade rebutante, les héros Loïs Lane et Clark Kent, alias Superman, sont des construction assez habiles qui doivent se révéler par une vision attentive et l’abandon de ses préjuges
Loïs Lane: A:
Il s’agit là, pour la série, d’une incontestable innovation sur le plan du stéréotype. Nous sommes bien loin de la reporter brillante du film… Dans les nouvelles aventures de Superman, Loïs Lane devient la plus insupportable héroïne de la culture télévisuelle, et donc, d’un point de vue aristotélicien, la plus drôle. Sa caractéristique principale est un type particulier de bêtise, matinée d’hystérie. Son absence totale de sens des réalités, de finesse et de sereinité tempère quelque peu les rares éclaires de génie dont elle fait preuve la plupart du temps dix minutes avant la fin de l’épisode.
Le personnage reste néanmoins paradoxale. Avant d’être l’idée platonicienne de la cruche hystérique, elle est un reporter de talent dans un grand journal métropolitain. elle est la fille d’un brillant biologiste et d’une mère non moins brillante, bien que plus effacée. Une enfance malheureuse agrémentée d’un divorce semble être à la foi un traumatisme et un facteur de réussite d’une scolarité qu’on nous montre excellente. Preuve de son talent, elle cumule les titres de fille spirituelle d’un mandarin du monde de la presse -Perry White-, d’égérie d’un surdoué richissime -Lex Luthor- et de folle passion d’un dieu vivant. Quel écart avec la femme qui est incapable de procéder à une l’opération mentale simple tel que: « A quoi ressemblerait-il s’il enlevait ses lunettes? », à tel point que Tempus la qualifieras, suivant apparemment tout la population de la future Utopia, de « La femme la plus galactiquement stupide qui eût jamais existé »
La conclusion à laquelle on arrive à propos du personnage de Loïs Lane rassemble trois aspects.
1:Elle a était construite pour être a al foi repoussante, attachante et ridicule. Attachante parce que délicieusement ridicule; repoussante parce qu’insupportablement ridicule.
2:Bien qu’elle soit une innovation, in ne semblent pas que les scénaristes lui ai prêtés une importance majeure. En effet elle est le plus souvent, un trophée, un mobile, un but, mais certainement pas une protagoniste réelle. On ne peut néanmoins pas la résumer au rôle d’actant moteur.
3:Elle ne prend tout son sens que si on la regarde comme une pièce de la mosaïque, à la foi acteur, actant, appât et surtout si l’on abandonne le premier degré pour la considérer comme matière à rire.
Clark Kent, alias Superman: B/B’:
Il faut bien avouer que c’est la que réside la faiblesse principale de la série, bien qu’on est visiblement tenter d’y remédier. Soulignons d’abord les faiblesses du personnage.
En fait les « vices » de Superman sont directement les conséquence de l’idéologie, de la symbolique archetypale de Superman. En effet il doit être ce qu’il peut y avoir de meilleur dans l’homme, pour parodier Shakespeare, il doit être « Le Beau, le Bon , le Vrai ». Que voyons nous ? Civique, éthique, beau, bon, vertueux, chaste… Superman, autant que Clark Kent, est écoeurant de perfection. Or, nous savons depuis Aristote que ce genre de perfection, à la foi hors d’atteinte (Très peu d’entre nous disposent de super pouvoirs) et peu enviable (Car coûteux en temps de loisirs et peu attractif sur le plan privé) ne prête certainement pas à rire… Superman nous renvoie à notre imperfection physique et morale, ce qui n’est pas très agréable à l’heure du thé. Si nous avions des super pouvoirs il est fort peu probable que nous en usions à plein temps ou presque pour sauver le monde et nos chers congénères. Si nous étions adulés comme il l’est, l’avenir d’un mariage finalement peu reluisant avec Loïs Lane serait peut-être, il existe encore des amoureux transis, compromis. Bref Superman est ennuyeux car il à les avantages d’un dieu -Omnipotence, bonheur, bonté, immortalité etc…- sans les inconvénients -Eloignement, inhumanité, Eglise, Saint Paul, le Libre Arbitre etc…-. Reste que malgré les efforts d’amélioration, il manque encore singulièrement d’humour.
Nous remarquons néanmoins les efforts significatifs pour voilé ces inconvénients. D’abord, nous l’avons déjà dit, il est amoureux de l’idée platonicienne de la cruche, ce qui n’est pas le moindre. Qui plus est, la série insiste sur l’aspect psychologiquement le plus porteur de Superman: La double personnalité. Dans la mesure ou chacun de nous à un soi statuaire, construit, et un soi intime, le téléspectateur ne peut que « compatir » à la situation de Clark Kent. Notons au passage que nous ne savons pas laquelle des deux personnalité » est le soi intime… De même, on constate que cette dualité est un biais intéressant pour la construction de C, l’humour de M, et même le ton rigolo aristocratique du sujet de nôtre étude.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loisclarkfrance.superforum.fr
Aurore
La Princesse
La Princesse
avatar

Féminin Nombre de messages : 1234
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon Superman... quelle question
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Critiques en lignes   Sam 19 Mai - 9:52

Suite:
Deuxième partie: Cs et Ms
C’est manifestement ici que se trouve le point fort de notre feuilleton, c’est manifestement vers eux, vers l’un d’entre eux surtout, que va la préférence des créateurs. Nous montrerons leur originalité, l’innovation qu’ils représentent et ce qu’ils « veulent dire ». Nous distinguerons ici les m, les petits méchants, , Lex Luthor, M, Tempus, ainsi que les multiples C par lesquels nous commencerons.
C,C,C… et les autres.
Distinguons schématiquement les C qui s’appliquent aux relations privées, puis ceux qui s’appliquent aux relation publiques. Nous constaterons dès lors la profonde originalité de ces C qui pour les principaux sont inhérent à A et a notre fameux B/B’.
Les C privés:
Ils sont deux a faire la quasi-totalité du travail: La stupidité de Loïs qui est décidément un élément important, et la double identité de Clark. La stupidité de Loïs qui ne fait pas la différence, le rapprochement serait mieux dire, entre un alibi et une paire de lunette, qui est incapable de survivre plus d’un quart d’épisode sans l’aide de Superman, qui est incapable de choisir l’homme de sa vie etc… Le second aspect, la double identité de Superclark amène une difficulté relationnelle dont les scénaristes se servent avec maestria. Dans une première phase elle permet de ralentir plaisamment l’évolution de la relation tout en nous faisant nous gausser des excuses pitoyables et comiques de Superclark lors de ses éclipses, ainsi que des réactions de Loïs. La seconde phase a aussi deux avantages. Le premier est la vulnérabilité de Loïs qui permet tout simplement à la série de persister, cette vulnérabilité étant tant physique qu’affective, elle procède du fait que, même divin Superclark ne peut être partout à la foi. La seconde « vertu » est elle humoristique, elle vient des emplois du temps, des actes de charité commis par Superclark etc…
Les C publiques:
On retrouve les même deux facteurs mais sous d’autres biais. D’abord parce que Superman ne peut intervenir en tant que Clark et réciproquement; puis parce que Loïs est tantôt aveugle, tantôt otage et tantôt bâillonnée par l’amour. D’autre facteur plus positifs viennent s’adjoindre tel que la kriptonite, les éventuels contretemps de Superman -Guerre, raz de marée, cataclysme divers…-. reste que les C publiques se confondent souvent avec les ms.
Les Ms
Les ms:
Les « petits méchants » n’ont pas énormément d’intérêts, encore qu’il soient bien réalisés. On peut néanmoins en tirer quelques idées. Ils sont, pour la plupart, les ennemis intimes, à un titre ou à un autre, les ennemis intimes du couple vedette, ce qui ajoute entre eux une teinte de compétition; tant pour les ennemis quotidiens que pour les vrais « méchants ». On peut distinguer trois sous-groupes.
1: Les aigris, les déçus qui pour d’obscure motif sont passé du coté obscure.
2: Les accapareurs, de pouvoir bien entendu, que ce dernier soit d’ailleurs celui de Superman ou d’une autre nature. Ce sont les plus intéressant et en général les plus fouillés. Ces deux premiers groupes sont les plus amusant car les plus intelligent donc les plus inventifs et les plus cyniques.
3: Nous appellerons Hystérique le dernier groupe par convenance. Il rassemble en fait les doux fous, méchants ou gentils… Ils sont les moins répandus.
Ajoutons que les différents groupes ne sont pas forcement exclusif même s’ils le sont la plupart du temps. Enfin précisons que si les « Petits méchants » n’ont pas énormément d’intérêts en général, lorsqu’ils sont considérés en particulier ils deviennent de petites perles de cynisme d’humour et de psychologie.
M: Lex Luthor:
Il est le premier ennemi, l’adversaire historique de ce petit monde, il aurait aussi du en être une faiblesse. Lex Luthor doit, au départ, être le plus banal des méchants: riche, surdoué, puissant, admiré, reconnu, sans scrupules, aimant la gentille A, bref, la chose télévisuelle la plus insipide qui soit. Lex Luthor est censé incarné un pouvoir amorale doté de motivations égoïste et de buts autoreproducteurs, une sorte de caricature des pires travers du capitalisme. Au final un être intelligent mais sans génie ni originalité. Ce personnage à heureusement était plaisamment détourné, notamment par la présence de lieutenants et d’acolytes assez ingénieusement réalisés. Si le Lex Luthor de Loïs et Clark manque parfois de la nécessaire dérision, il ne manque pas d’humour; l’idée d’en faire un pervers polymorphe au lieu du banal calculateur rehausse quelque peu l’image ternie du personnage.
Il convient ici de faire une pause afin de mettre en valeur l’évolution et l’optique dans lesquelles ont étaient réalisées la série. Visiblement choisie pour produire un feuilleton alimentaire, les créateurs de Loïs et Clark ont fait ce qu’ils ont pu pour imposer un ton second degré, souvent caustique, toujours plaisant. Ils y ont réussi. L’apogée de Loïs et Clark se situe lors des seconde et troisième saison, un succès inattendu dans son ampleur ayant probablement permis au créateur d’avoir carte blanche. Le ton est alors résolument acide les rais vainqueurs sont les méchants, il ne faut pas s’y tromper. A la foi l’emblème et la plus belle réalisation du feuilleton Le Méchant Tempus est ce qui achève de donner à Loïs et Clark ses lettres de noblesse.
M:
Le Méchant Tempus:
C’est donc par le meilleur que nous terminons. Les créateurs de la série ont engendrer un méchant innovant dans son principe et dans son application. C’est vers lui que penchent d’une manière évidente leurs préférences, et celles du spectateur avisé. Ce nouvel archétype se nomme Tempus; il est l’image de la critique, et, plus important encore, il a raison. Approfondissons cela: Tempus viens du future, plus précisément de la cité parfaite, Utopia créée par Loïs Clark et leurs descendants. Il mesure un mètre quatre vingt cinq, son apparence physique compte peu disons juste qu’il a l’air anglais, un magnifique et indéfectible Brushing et une voix, certes de méchant mais de méchant raffinés. Le but premier de Tempus est d’empêcher l’avènement d’Utopia. Attardons nous sur ce point. Utopia est l’aboutissement de l’ « Idéologie Superman ». Or tout le monde se rend compte que l’ « Idéologie Superman » est, au premier degré horriblement ennuyeuse, bonne, politiquement correcte, parfaite, bref insupportable. D’ou Tempus; Tempus doit éviter « Le plus répressif et barbare des régimes qui ai jamais existé et existeras jamais » -A la rencontre de John Doe, première partie- ou « Il y a quatre cents chaînes câblées, mais aucun programmes intéressants, ou tout le monde est gentil, mais ou personne ne se parle » -Retour vers le passé-. Tempus doit incarner une sorte de cynisme réaliste, méchant parce qu’incompatible avec la notion du bien « en vigueur », il doit se lever et dénoncer le fascisme rampants du politiquement correct.
Nous avons donc dégager la finalité du personnage Tempus ainsi que sa première caractéristique: La Critique. Ses deux autres principes directeurs vont de pair et se complètent réciproquement. Il s’agit de l’Ironie et de la lucidité. Lucidité dans le sens ou Tempus est clairement la voix des scénaristes. Il sait donc quand la publicité arrive -Le Monde parallèle- quand la série vire au clichés - Nous nous rappellerons ici l’une de ses citations marquante: « Je déteste que le héros s’enfuit avec héroïne, ça fait cliché » dans Vies antérieurs-, il sait qu’il va perdre, qu’il est le méchant et que même son génie ne le sauvera pas des nécessites morales. Mieux encore il ne se prive pas pour le dire -on se rappel du fameux « La seule chose qui pourrait gâcher l’instant, c’est une coupure pub » juste avant l’inévitable page de réclames-, ce qui complète encore, si besoin était, l’éclatante lucidité du personnage. On voit déjà comment cette lucidité d’un type particulier vient accroître l’efficacité de l’Ironie pour devenir une sorte d’effet magique Tempus.
En conclusion du cas Tempus, on peut dire que son régime de faveur évident, son rôle particulier et son humour pisse froid singulièrement cynique montre le décalage évident entre un premier degré évident que nous appellerons Sine cerveau, pour faire chic, et un second que nous appellerons Cum Scire pour les mêmes raisons. Tempus à encore la tache particulière de rappeler au spectateur « Cum Scire » qu’il est hautement supérieur au spectacle qu’il mire et les danger de fadeur et de totalitarisme intellectuel du courant politiquement correct. Ultime preuve du statut a par de Tempus, c’est qu’il gagne… Bien que n’ayant pas de super pouvoirs Tempus gagne toujours… Avant de devoir perdre à quelques secondes de la fin pour respecter les règles du genre.
Conclusion: L’Honnête Homme ne doit pas s’y tromper, la série Loïs et Clark est une construction originale et plaisante bien qu’inégale comme toute les séries qui cherchent à concilier l’alimentaire, le Sine cerveau, -Balzac, Hugo, Chateaubriand et d’autres faisait aussi parfois de l’alimentaire- qui permet à Loïs et Clark d’être relativement populaire, et un second degré. Un second degré résolu mais peu accessible au premier abord Cum Scire, qui nécessite l’abandon de nos préjugés et une vision que nous qualifierons « A un coup d’avance ». On peut dés lors aboutir à un intérêt sociologique, quasiment philosophique même, puisqu’on voit une inversion des valeurs - Notre coeur comme notre raison penche du coté de M, ce sont les bons qui sont la source principale des problèmes-. Loïs et Clark révèle les interrogations, voir l’essoufflement du modèle judéo-chrétien ou les bons gagnent toujours car la bonté est en soi la force suprême. Les méchants, donc les Justes relèvent la tête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loisclarkfrance.superforum.fr
Aurore
La Princesse
La Princesse
avatar

Féminin Nombre de messages : 1234
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon Superman... quelle question
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Critiques en lignes   Sam 19 Mai - 9:55

Trouvé sur un site spécial filles, le contenu était connu d'avance ;-)

http://www.moveandbe.com/article_lois_et_clark_1.htm


Superman, une légende éternelle ! On ne peut pas en dire autant du titre de cette série. Effectivement, les nouvelles aventures ne sont plus si nouvelles que ça, surtout depuis la création de Smallville. Enfin, Loïs et Clark est tout de même la première série télévisée reprenant la vie de l’un des plus grands héros.



Lors de sa diffusion, ce fut l’une des séries les plus regardées aux Etats Unis, les Américains étaient accros de toutes les péripéties que vivent les deux journalistes du Daily Planet. La superman-mania s’est déplacée ensuite vers la France lorsque la série fut diffusée sur M6 le mardi soir.

Je te replace vite fait l’action : Clark Kent débarque un jour à Metropolis, il se fait engager dans le célèbre journal, le Daily Planet. Il fait équipe avec Loïs Lane, stéréotype de la pure carriériste, elle sacrifie tout pour son travail, veut être et est la meilleure.

Puis Clark décide d’être Superman, en effet en ville il est plus facile d’avoir deux identités pour que le journaliste puisse vivre une vie normale. Loïs, qui est restée une petite fille au fond d’elle et croit au prince charmant, tombe bien entendu amoureuse de Superman. En revanche, sa relation avec Clark est plus basée sur de continuels reproches, alors que Clark lui est de plus en plus attiré par sa collègue, ce qui va bien sûr entrainer de nombreuses histoires...

Nous suivons leurs aventures de journalistes d’investigation. Au moins une fois par épisode, Loïs est à deux doigts de mourir et se fait de justesse sauvée par Superman. Les intrigues sont toujours composées de mondes parallèles et de fantastique, de méchants qui veulent tuer notre héros, bref on entre dans un monde unique.
La suite est facile à deviner... qui dit à l’autre qui il est vraiment ? qui se marie avec qui ?

J’adore vraiment cette série, ma préférée ! Je suis complètement mordue. Même si elle a vite vieilli (elle doit avoir 10 ans tout de même), elle reste mon conte des temps modernes favori. Et puis, on ne peut pas dire que Dean Cain soit repoussant… On aimerait bien souvent être à la place de Loïs, sur un paratonnerre par temps d’orage, entre deux plaques de béton armé se refermant sur elle, en haut d’un gratte-ciel les yeux bandés…pour se faire sauver par son amoureux qui n’est personne d’autre que le sauveur de l’humanité... Cette série redonne vraiment espoir de croire au prince charmant !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loisclarkfrance.superforum.fr
Lolotte
Lois/Clark
avatar

Féminin Nombre de messages : 534
Age : 34
Localisation : Toujours là
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Critiques en lignes   Sam 19 Mai - 10:18

J'aime beaucoup l'analyse faite de la série. C'est frai, ça fait sourir du début à la fin...et c'est tellement vrai.

Lois & Clark est et restera ma série préférée. Elle incarne tout ce que j'aime. Un conte de fée, avec une réalité au second plan qui, malgré seulement 4 saisons, est devenue un culte.
Nous avons dans nos références de séries "modernes", des exemples comme 'Friends', 'Buffy', 'X files'...mais toutes ces séries ont monopolisé l'écran pendant 7 à 10 ans. Normale qu'elles soient devenues culte.
Combien de séries, si peu de temps restées à l'antenne, peuvent devenir aussi cultissime ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lili
Loïs Lane.................... Bout-en-train du forum
Loïs Lane.................... Bout-en-train du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 411
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Critiques en lignes   Sam 19 Mai - 11:08

Plutôt intéressante la première critique ! Je ne suis pas d'accord avec tout, mais dans l'ensemble je pense assez pareil. Pour Lois, je ne pense pas qu'elle ne soit "pas une protagoniste réelle". A mon avis, c'est plutôt elle l'héroïne que Clark/Superman. Mais c'est vrai que son côté brillant ne ressort pas toujours. En fait, il est tempéré par ce que la critique appelle le côté "cruche hystérique", qui est le cliché des filles attendant le prince charmant à la télé. En général, elle a surtout effectivement des éclairs de génies vers la fin de l'épisode.
Là où je suis pas mal d'accord, c'est sur le côté détournement d'une série cliché. Parce que Lois et Clark a tout pour être une série à la noix pour adolescents sans aucune qualité. La base de la série, c'est un peu ça quand même. De l'alimentaire, comme dit l'auteur de la critique. Et l'alimentaire est présent, il y a tous les ingrédients pour ça. Mais on dirait assez souvent, c'est vrai, que les scénaristes essayent de s'échapper de ce carcan. Il y a quand même pas mal de second degré.
Et là où je suis complètement d'accord, au risque de me faire lyncher, c'est sur l'ennui profond d'un personnage comme celui de Clark/Superman. La perfection, c'est vraiment le summun de l'inintérêt. Et Tempus n'a pas entièrement tort quand il parle de la tristesse d'un monde comme Utopia. Moi je n'ai jamais fantasmé sur Clark. Enfin, à part qu'il vole, mais ça c'est parce que j'ai toujours rêvé de vol. Mais son côté épuisant de perfection jusqu'à l'écoeurement est tempéré par le reste de la série. Et puis par Lois. Elle est parfois fatiguante et tout ce que vous voulez, mais au moins elle met un peu plus de vie dans la série que Clark.
Pour finir, à mon avis, au niveau des petites répliques intelligentes, il vaut mieux regarder la série en VO. Je ne l'ai regardée que petite sur M6, donc en VF, et si ça se trouve j'ai loupé les éclairs de génie de la série. J'ai tendance à ne pas trop faire confiance aux VF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Coquillette
"Apprenti photographe"
avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 32
Date d'inscription : 21/04/2007

MessageSujet: Re: Critiques en lignes   Dim 20 Mai - 15:53

Citation :
Dans les nouvelles aventures de Superman, Loïs Lane devient la plus insupportable héroïne de la culture télévisuelle, et donc, d’un point de vue aristotélicien, la plus drôle. Sa caractéristique principale est un type particulier de bêtise, matinée d’hystérie. Son absence totale de sens des réalités, de finesse et de sereinité tempère quelque peu les rares éclaires de génie dont elle fait preuve la plupart du temps dix minutes avant la fin de l’épisode.
Je ne suis pas d'accord. Je ne trouve pas qu'elle soit la plus insupportable, loin de là. Je ne la trouve ni bête ni mâtinée d'hystérie. Je pense tout d'abord qu'il y a deux Lois, celle de la première saison, la "workaholic" qui pallie son manque de vie sociale par un investissement démesuré dans le travail. En conflit avec ses parents (son père surtout) elle a eu besoin de prouver qu'elle pouvait réussir par elle-même dans la voie qu'elle a choisi. Devenue journaliste elle n'a pas voulu être une simple gratte papier mais la meilleure du meilleur des journaux de Metropolis (et toute l'Amérique je pense, nos amis US ne sont jamais avares en superlatifs Wink ). Cette Lois là a connu des déceptions sentimentales et affectives et son travail est une échappatoire à sa vie. Ensuite, à partir de la deuxième saison et surtout dans les saisons 3 et 4, grâce à Clark, on voit qu'elle a appris à faire confiance à quelqu'un d'autre. Grâce à Clark elle sait qu'elle peut se montrer vulnérable, aimer quelqu'un qui l'aimera en retour et qui jamais ne le fera souffrir. Pour revenir à la citation, je ne pense pas qu'on puisse dire qu'elle manque d'un sens des réalités et de finesse. D'accord elle est un bulldozer dans le travail qu'elle abat mais elle ne manque de finesse et de tact. La femme d'action peut se tranformer en femme fatale pour obtenir ce qu'elle veut, nous en avons quelques exemples à travers les épisodes.

Citation :
Quel écart avec la femme qui est incapable de procéder à une l’opération mentale simple tel que: « A quoi ressemblerait-il s’il enlevait ses lunettes? », à tel point que Tempus la qualifieras, suivant apparemment tout la population de la future Utopia, de « La femme la plus galactiquement stupide qui eût jamais existé »
oui mais ça c'est qui participe à la légende superman. Elle ne peut pas s'en rendre compte car elle ne veut pas voir que clark et superman sont une seule et même personne. D'ailleurs, personne à Metropolis (ou même dans le monde) n'a réalisé que clark était superman. D'accord Lois le connaît mieux que quiconque mais tout de même. Par exemple dans l'épisode où les kryptoniens ont débarqué sur terre et que le Daily Planet devient le QG du centre de commandement de forces anti nouvelle krypton, clark arrive en KL et là personne ne se dit "wow superman ressemble à Clark" alors que sincèrement dans cette scène là on ne peut voir que clark. Bref, on ne peut pas blâmer Lois de ne pas reconnaïtre Clark parce que ça fait partie de l'irrationalité de la légende superman. On considère les gens comme on veut les voir et elle, ce qu'elle voit en clark au début c'est un plouc du fin fond du kansas puis un homme sincèrement bon par la suite. Je crois qu'il ne faut pas chercher à rationaliser les choses dans une histoire qui parle d'un extra terrestre à forme humaine qui vole et qui a plein de super pouvoirs.

Citation :
Elle a était construite pour être a al foi repoussante, attachante et ridicule. Attachante parce que délicieusement ridicule; repoussante parce qu’insupportablement ridicule.
On peut ne pas l'aimer par son côté opportuniste et fonceuse avec la tête baissée mais elle est toutefois attachante par les instants où on voit que ce caractère n'est qu'une facette de sa personnalité et que finalement elle n'est pas si blindée que ça (le grand thème de la façade et de la différence entre l'image qu'on donne de soi et la personne qu'on est vraiment). Je ne pense pas qu'elle soit ridicule, elle est juste parfois excessive mais c'est justement pendant ces moments où elle dévie de la route qu'elle affirme suivre qu'on peut voir qu'elle est autre chose qu'une droguée du boulot opportuniste.

Citation :
in ne semblent pas que les scénaristes lui ai prêtés une importance majeure
Là encore je ne suis pas d'accord. Tout d'abord, la série s'appelle "Lois et Clark : les nouvelles aventures de Superman". Lois est bien mise en premier, non ? ok, c'est un peu fumeux je l'avoue. Je pense au contraire que Lois est un personnage principal, un véritable moteur. D'un point de vue tout à fait subjectif, je me souviens que quand je regardais la série Lois était le personnage qui me semblait le plus intéressant et était celui qui apportait le plus d'énergie. D'accord, Clark/Superman est le héros mais Lois est un personnage qui lui permet d'évoluer et qui lui apporte quelque chose dans sa quête d'identité. Je pense que les scénaristes ont voulu la faire à l'image de la femme des années 90 : indépendante, énergique et volontaire mais malgré tout à la recherche de l'amour.

Je n'ai lu que la part sur Lois, je lirai la suite plus tard et posterai mes commentaires Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lili
Loïs Lane.................... Bout-en-train du forum
Loïs Lane.................... Bout-en-train du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 411
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Critiques en lignes   Dim 20 Mai - 18:01

Plutôt d'accord avec ton analyse Lady Coquillette. On ne peut en effet pas blâmer Lois de ne pas reconnaître Clark parce que comme tu dis, toute la légende Superman (et pas seulement Lois et Clark) repose sur ce fait. Sans ses lunettes, on ne reconnait pas Clark, c'est une convention posée dès le début entre le lecteur ou le spectateur et les créateurs, exactement de la même façon qu'on accepte qu'il vole et qu'il vienne de Krypton. D'accord, on se dit que Lois, qui le côtoie tous les jours, devrait s'en rendre compte. Mais honnêtement, n'importe quel humain, même le voyant pour la première fois de sa vie, ferait le rapprochement en réalité. Dans la vie, quand on change de tenue, on est reconnaissable ! Donc ça, ce n'est pas un argument contre Lois selon moi.
D'autre part, entièrement d'accord avec cette phrase : "C'est justement pendant ces moments où elle dévie de la route qu'elle affirme suivre qu'on peut voir qu'elle est autre chose qu'une droguée du boulot opportuniste". Et aussi entièrement d'accord avec le fait qu'elle est le personnage le plus intéressant. Sérieusement, une série uniquement sur Clark serait le summum de l'ennui, il est tellement parfait qu'il en devient très mou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Coquillette
"Apprenti photographe"
avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 32
Date d'inscription : 21/04/2007

MessageSujet: Re: Critiques en lignes   Dim 20 Mai - 18:32

Je viens de lire les commentaires sur Clark/Superman et je dois dire que je suis plutôt d'accord cette fois-ci. Il est vrai que Clark et Superman (sur ce point ils se rejoignent) sont l'incarnation parfaite de la bonne morale. Comme tu dis Aurore :
Citation :
Civique, éthique, beau, bon, vertueux, chaste
De plus on peut voir qu'une fois de plus la beauté est associée à la bonté, à l'honnêteté et toutes autres vertus positives. Superman n'est pas seulement inhumain parce que né sur Krypton mais aussi parce que dans toutes les situtations il fait ce que la bonne morale lui dicte. Combien de fois a-t-on eu envie de le voir dévier de la bonne route ? On sait toujours par avance quels choix il va faire parce qu'on sait tous un peu en nous même la distinction entre le bien et le mal. Superman, comme beaucoup de super héros, est l'incarnation de la bonne morale américaine qui prêche ses valeurs de justice et de morale. Mais bon, quand on regarde superman, on sait à quoi s'attendre. Tout ça pour dire que c'est pour ça que je préfère Lois, avec elle on est moins certains des choix qu'elle va faire (même si la bonne morale de Clark a parfois une mauvaise influence sur elle Laughing en la rendant plus sage, davantage bien pensante).
Clark/Superman sont deux personnages mais qu'une personne. Pauvre Clark/Superman, complètement schizophrène. Comme dirait Tempus (bouffée d'air frais dans ce triomphe de la morale): je suis C.K journaliste, non je suis Superman super héros ! Quoi qu'il en soit je trouve que ça a un côté un peu kitsch tout ça (je veux dire le côté : les méchants vilains pas beau qui perdent d'un côté et les gentils beaux et intelligents qui gagnent tout le temps de l'autre). Je ne suis pas aveugle et j'avoue que des fois ce côté Bien/Pas Bien est fatiguante mais j'ai beau réfléchir, je ne vois pas aujourd'hui quelle(s) série(s) sont construites de la même façon... Ah, c'est plus comme avant Laughing
Malgré tout Lois et Clark est (et restera sûrement) ma série préférée. C'est culte pour moi ! J'étais scotchée à toutes les rediffusions et maintenant que je me suis fait tous les épisodes en VO je l'adore toujours autant. Pour moi c'est cultissime et elle restera ma série préférée en dépit de tous ses défauts car elle a été la première (et la rare) série à laquelle j'ai tant accroché. Je regarde depuis que j'ai 9-10 ans et je l'aime toujours car je vois aujourd'hui des choses différentes, je trouve ça bien, ça montre qu'on peut l'apprécier à différents niveau de compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lili
Loïs Lane.................... Bout-en-train du forum
Loïs Lane.................... Bout-en-train du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 411
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Critiques en lignes   Dim 20 Mai - 18:54

Encore une fois parfaitement d'accord sur l'analyse des personnages. Et j'étais scotchée aussi à neuf-dix ans. C'est la première et seule série qui m'a vraiment marquée à cet âge-là, donc j'aurai toujours une grande bouffée d'affection pour elle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore
La Princesse
La Princesse
avatar

Féminin Nombre de messages : 1234
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon Superman... quelle question
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Critiques en lignes   Dim 20 Mai - 18:59

C'est pas moi qui ai fait cette critique. Je l'ai juste copiée d'un blog du Monde

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loisclarkfrance.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critiques en lignes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Critiques en lignes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lignes Maritimes d'Afrique Equatoriale
» Problème de lignes parasites
» Atonement (Expiation): les critiques presse et internet
» Iron man 2 critiques/ (pro/ spectateurs) débat
» Jane Austen au cinéma : livres critiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Loïs et Clark : Eternellement romantiques :: Une série, quatres saisons :: La série-
Sauter vers: